la boîte à outils des agriculteurs

« Des pratiques performantes et durables »

Accueil Qui sommes-nous ?
Production Entrée Transversale Fonctionnement Contact
Ma boîte à outils
       
       
Fiche Technique Prophylaxie
Notation -+
Coût :
Technicité :
Temps :
©Farre 2016- Dispositif de comptage de limaces
©Farre 2016, Haies et jachères fleuries
©Farre 2016, Filets sur pommiers
Descriptif

Avoir une démarche prophylactique est une démarche préventive consiste à prendre en compte  les cycles de développement des maladies, ravageurs, adventices pour à empêcher leur apparition ou à en minimiser les effets. Il s’agit donc  d’identifier les leviers d’actions possibles pour ralentir la progression du bio agresseur. Les leviers prophylactiques  vont du choix du matériel végétal, jusqu’à l’aménagement  du territoire.  Cette démarche est un des leviers pour prévenir les problématiques de résistance. 

Voici  des exemples d’approches prophylactiques à intégrer dans le raisonnement global :  

Choix variétal
-Planification judicieuse des rotations
-Entretien du patrimoine sol (structure du sol, drainage)
-Bon niveau de matière organique (apport de fumier, engrais vert dans la rotation).
-Fertilisation raisonnée
-Maîtrise de l’irrigation
-Gestion des résidus de culture
-Aménagement des parcelles (haies brise-vents, bande fleuries…)
-Maîtrise du climat pour les cultures sous abri (hygrométrie, température, aération).
A cette approche  de raisonnement, on favorisera, à chaque fois, différents moyens de luttes alternatives

La lutte mécanique et physique :
Ce sont toutes les méthodes permettant de diminuer la pression des bioagresseurs par des moyens physique ou mécanisé :
-Désherbage mécanique
-Désherbage thermique
-Paillages
-Filets anti-insecte … ;
-Pièges, bandes et panneaux englués
-Solarisation
-Désinfection vapeur.

La lutte biologique  et le biocontrôle :
On parle de lutte biologique quand on utilise des organismes vivants pour prévenir ou réduire les dégâts causés par des ravageurs:
-Macro-organismes (lâchers d’auxiliaires parasitoïdes ou prédateurs).
-Micro-organismes (champignons, bacillus)
-Aménagement de parcelles permettant de favoriser la présence naturelle des auxiliaires (L’implantation de haies, bandes enherbées ou fleuries,  pour favoriser l’habitat  ou de corridor pour les auxiliaires des cultures et des pollinisateurs (ex: carabes, staphylins, forficules, syrphes, chrysopes...).
 
Le biocontrôle :
Le principe du biocontrôle est fondé sur la gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que sur leur éradication. Il regroupe l’ensemble des méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels. Le biocontrôle peut être raisonné
- à l’échelle du territoire : si plusieurs agriculteurs mettent en place collectivement des mesures de biocontrôle (confusion sexuelle). Cela permet d’augmenter l’efficacité des méthodes de biocontrôle au niveau des exploitations
- à l’échelle de l’exploitation : aménagement des parcelles et installation d’infrastructure naturelles permettant de favoriser la présence des auxiliaires utiles.
-  à l’échelle de la parcelle : via  l’utilisation de produits de biocontrôle
 
Il y a 4 familles de produits de biocontrôle se classent en 4 familles :
-Les macro-organismes auxiliaires sont des invertébrés, insectes, acariens ou nématodes parasitoïdes ou prédateurs.
-Les micro-organismes sont des champignons, bactéries et virus utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies ou stimuler la vitalité des plantes
-Les médiateurs chimiques comprennent les phéromones d’insectes et les kairomones. Ils permettent le suivi des vols et le contrôle des populations d’insectes ravageurs par le piégeage et la méthode de confusion sexuelle
​-Les substances naturelles utilisées comme produits de biocontrôle sont composées de substances présentes dans le milieu naturel et peuvent être d’origine végétale, animale ou minérale.

Conditions

/

Intérêts et limites

Intérêts :
-Remettre l’agronomie, le cycle des bioagresseurs, et l’approche globale au cœur des réflexions
-Réduction et Economie de produits phytosanitaires
-Réduction des impacts sur l’environnement ( qualité de l’eau, des sols)
-Protection de l’agriculteur
Limites :
-Temps de mise en place
-Temps d’observation
-Aversion au risque de l’agriculteur
-Coût de mise en place des infrastructures

Aller plus loin

Sources et liens pour plus d'information :

Livre « Protection intégrée des cultures, Fiches pour le conseil des techniques utilisables », AFPP, Ed. France Agricole/Acta
EcophytoPIC - Prophylaxie, arboriculture
EcophytoPIC - Prophylaxie, grandes cultures
EcophytoPIC - Prophylaxie, viticulture
EcophytoPIC - Prophylaxie, cultures légumières

Lien(s) vers d’autres leviers et problématiques

Choix des variétés
Gestion des ecosystèmes

Haut de fiche | Haut de page Accueil | Production | Transversale | Contact | Farre