la boîte à outils des agriculteurs

« Des pratiques performantes et durables »

Accueil Qui sommes-nous ?
Production Entrée Transversale Fonctionnement Contact
Ma boîte à outils
       
       
Fiche Technique Biocontrôle : Confusion sexuelle
Notation -+
Coût :
Technicité :
Temps :
Eudemis - © BASF
Cochylis - © BASF
Diffuseur de phéromones © BASF
Descriptif

La confusion sexuelle est une méthode préventive qui consiste à perturber la reproduction des insectes ciblés : les phéromones diffusées dans l’atmosphère désorientent l’insecte mâle lors de son vol à la recherche de la femelle, et empêchent l’accouplement et donc les pontes.

En vigne, la confusion sexuelle concerne la protection contre des ravageurs lépidoptères :

Tordeuses de la vigne, Eudemis (Lobesia botrana)
Tordeuses de la vigne, Cochylis (Eupoecilia ambiguella)

Cette méthode s’appuie sur la diffusion dans l’air de molécules dénommées phéromones sexuelles, qui sont synthétisées à l’identique des molécules émises naturellement par les femelles pour attirer les mâles. Les phéromones sont placées dans des diffuseurs au sein des parcelles. Les phéromones diffusées dans l’atmosphère du vignoble masquent celles émises par les femelles et les mâles ne parviennent pas à localiser les femelles, d’où la limitation des accouplements et des pontes, une plus faible population de ravageurs avec réduction des dégâts engendrés.

Les phéromones homologuées en vigne :

Tordeuses de la grappe, Eudemis (Lobesia botrana) en vigne : Composition des spécialités (selon les spécialités on trouvera les substances suivantes): E7,Z9 dodécadienyle acétate : (500 diffuseurs/ha)

Tordeuses de la grappe, Cochylis (Eupoecilia ambiguella) en vigne : Composition des spécialités (selon les spécialités on trouvera les substances suivantes) : Z9 dodecenyl acétate : (500 diffuseurs/ha)

Conditions

- La technique ne convient que pour des parcelles de surfaces d'au moins 5 à 10 ha et de configuration compacte.

- La méthode est préventive et la pose des diffuseurs doit toujours être réalisée avant la période de début des vols de première génération des insectes visés.

- Le potentiel d'infestation doit être modéré au départ. Si ce n’est pas le cas, le niveau de population sera abaissé par un ou des traitement(s) insecticide(s) adapté(s) en accompagnement de la mise en place de la confusion sexuelle.

- Les bordures doivent être renforcées par une densité de diffuseurs plus élevée que dans la parcelle, en tenant compte de la configuration parcellaire et du voisinage.

- L'environnement proche ne doit pas comporter de facteurs de risque (présence de vignes voisines abandonnées ou fortement infestées, …).

- Une seule pose de diffuseurs couvre généralement toute la période de risque sur une campagne agricole (avril à septembre).

- Le suivi des populations (vols et observations sur grappes) est indispensable car la technique n’est pas une «assurance tout risque». Le monitoring aussi bien dans les zones confusées que dans les environs au moyen de pièges sexuels permet de suivre l’évolution de la situation. Il est recommandé d’effectuer au minimum un contrôle (comptage) en fin de chaque génération.

- En cas de pression importante ou de dépassement du seuil acceptable par le viticulteur, des interventions avec des insecticides traditionnels ou biologiques seront décidées. La réduction des interventions insecticides conventionnelles est à gérer sur le moyen terme.

- Le succès de la confusion sexuelle réside dans la maîtrise de la technique de diffusion : on recherche un niveau de relargage constant des phéromones dans l’atmosphère pendant toute la période. Ce sont donc principalement les caractéristiques techniques des diffuseurs qui distinguent les produits.

Intérêts et limites

Intérêts :
- Faible impact : Très faible toxicité pour l’homme et l’environnement - Absence de résidus à la récolte - Absence de toxicité pour les abeilles et la faune auxiliaire

- Très grande spécificité d’action des moyens de lutte : seuls les insectes ciblés sont affectés

- Favorise la mise en place d’un nouvel équilibre des populations



- Pas d’effet létal direct sur les espèces nuisibles

- Méthode faiblement exposée au risque de résistances - Diminue la pression de sélection et préserve l’efficacité des insecticides disponibles

- La réduction du nombre d’interventions insecticides qui sera progressivement obtenue grâce à la mise en place continue de la confusion sexuelle dans un même vignoble en fait un outil économiquement rentable.
Limites :
- Moyen de protection très spécifique – Attention de bien surveiller - Gérer les autres ravageurs non contrôlés par la méthode par un lutte spécifique

- Dans les vignobles morcelés, la méthode nécessite une mise en place collective, c’est un facteur de cohésion au sein d’une commune ou d’un syndicat viticole.

Aller plus loin

Sources et liens pour plus d'information :

EcophytoPIC : Lutte biologique en viticulture
IFV Les fiches pratiques : Confusion sexuelle
CEPVITI : Co-conception de systèmes viticoles économes en produits phytosanitaires : Fiche technique n°10 - Confusion sexuelle
Livre « Protection intégrée des cultures, Fiches pour le conseil des techniques utilisables », AFPP, Ed. France Agricole/Acta : Fiche 5.10 Confusion sexuelle
Témoignage Vidéo Farre

Lien(s) vers d’autres leviers et problématiques

Piéageages et comptages
Biocontrôle : Bt
Limitation des résistances
Gestion des écosystèmes

Haut de fiche | Haut de page Accueil | Production | Transversale | Contact | Farre