la boîte à outils des agriculteurs

« Des pratiques performantes et durables »

Accueil Qui sommes-nous ?
Production Entrée Transversale Fonctionnement Contact
Ma boîte à outils
       
       
Partage d'expérience : Type de taille ou non-taille
Charles Duby, agriculteur Farre, témoigne
Charles Duby (34)
Conduite de la vigne en non-taille: Quels intérêts?
Charles Duby Viticulteur Farredans l'Hérault.

Je suis vigneron dans l’Hérault, sur un domaine de 102 hectares avec 7 associés, et nous produisons des vins des Pays des Côtes de Thongue. Nous élaborons nos vins et les vendons pour 20% en France et pour le reste sur les marchés d’Europe du Nord.
Sur nos 102 hectares de vigne, nous avons une quinzaine d’hectares conduits en non-taille, qu’on appelle aussi taille minimale . La non-taille consiste en un seul passage uniquement pour contrôler la végétation, avec une écimeuse (de la même façon qu’on taillerait une haie).
L’intérêt de ce système est l’économie importante en termes de temps de travail et de pénibilité du travail. On passe à 35 heures/ha de travaux au lieu de 130 à 140 heures/ha, donc c’est vraiment un gain de productivité ; et on évite la taille hivernale dans des conditions climatiques qui peuvent être difficiles.
Il y a également un intérêt par rapport à la pression subie par ces vignes en non-taille vis-à-vis des ravageurs et aux maladies.
- Par rapport aux maladies, en non-taille la vigne développe des petites feuilles, qui sont donc beaucoup moins sensibles aux maladies telles que le mildiou. Donc sur notre exploitation les vignes qui sont en non-taille ont systématiquement un traitement mildiou en moins par rapport aux autres - les années où il y a des traitements mildiou.
-Par rapport aux ravageurs, ce sont principalement chez nous les tordeuses de la grappe, dont les papillons viennent pondre des œufs sur les raisins. Comme les grappes sont « à l’extérieur » du pied de vigne, et que les grains ne se touchent pas, elles sont beaucoup moins appétentes et attractives pour les papillons qui eux cherchent à cacher leur ponte. Du fait de cette moindre attractivité, ces vignes ont un traitement contre la tordeuse en moins.
Enfin, il peut également y avoir un gain au niveau des rejets au bas des pieds de vigne. Sur une vigne taillée, il faut au moins 2 passages pour éliminer les rejets alors que sur les vignes en non-taille, un seul passage suffit largement.
Au niveau de l’entretien du sol, les vignes en non-taille sont conduites comme les autres parcelles.
Au final, on a souvent une légère augmentation du rendement et la même qualité organoleptique des raisins puisque nous avons fait des tests où nous retrouvons les mêmes quantités d’anthocyanes et de polyphénols sur les vignes en non-taille par rapport aux vignes taillées. Pour nous c’est donc une solution intéressante pour l’avenir.
Avec seulement 7 ans de recul sur la non-taille, nous ne pouvons pas encore connaître quelle sera l’évolution de la vigne, mais étant donné que nous avons beaucoup moins de plaies de taille que sur les vignes taillées bien sûr, on devrait avoir beaucoup moins de problèmes de maladies du bois. Nous espérons donc que les vignes en non-taille seront plus durables que les vignes taillées qu’on aurait dû arracher plus précocement.
Il y a tout de même quelques inconvénients, par exemple il faut que le palissage soit suffisamment résistant car les piquets sont beaucoup plus sollicités par la vendange mécanique. La vendange mécanique est incontournable avec la conduite en non-taille puisqu’on se retrouve avec 50 à 70 grappes par pied au lieu d’une douzaine sur les vignes taillées, donc impossible de vendanger à la main.
Globalement pour nous les bénéfices contrebalancent les quelques inconvénients. Petit à petit sur le domaine, nous augmentons les surfaecs en non-taille pour l’aspect économique, pour l’aspect social car on diminue la pénibilité du travail et qu’on a un transfert de travail vers le conditionnement, et pour la diminution de la pression des ravageurs et des maladies.
Comme pour tous les systèmes innovants, il y a une limite, notre objectif n’est pas seulement de produire des raisins mais de vendre du vin adapté au marché. Le système de non-taille correspond aux entrées de gamme et moyenne gamme dans nos vins donc on va étendre ce système jusqu’à une superficie tout en conservant des vignes en conduite plus traditionnelle. L’intérêt est de répondre aux différentes demandes du marché par le produit et par le travail de la vigne.


{MESSAGES}
Partagez votre expérience sur la mise en place de ce levier !

Quel est le contexte de votre exploitation ?

Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place ce levier ?

Comment s'est déroulée la transition vers le changement de pratiques ?

Quelles sont les conditions de réussite dans votre cas concret ?

Quelle complémentarité avec d'autres pratiques ?

Quels axes de progrès ?

Votre réaction par rapport aux autres témoignages ?

Quels sont pour vous les intérêts et les limites de ce levier en termes économiques, environnementaux et sociaux (utilisation de produits phytosanitaires, environnement, énergie, agronomie, économie financières, organisation du travail, main d'oeuvre,
matériel et équipement...) ?

Annuler
{COMMENTS}