la boîte à outils des agriculteurs

« Des pratiques performantes et durables »

Accueil Qui sommes-nous ?
Production Entrée Transversale Fonctionnement Contact
Ma boîte à outils
       
       
Fiche Technique Type de taille ou non-taille
Notation -+
Coût :
Technicité :
Temps :
Vigne non taillée dans le Languedoc ©Farre
Vigne non taillée ©Farre
Vigne non taillée ©Farre
Descriptif

La taille de la vigne consiste à couper les bois de vigne (sarments) avec un sécateur pour ne laisser qu’un nombre de bourgeons défini sur 1 à 2 bois (appelés astes, lattes, baguettes selon les régions). Ces bourgeons sont ceux qui donneront la récolte future. Le nombre de bourgeons conservés par la taille est variable suivant la vigueur de la vigne et l’objectif de rendement. La taille proprement dite intervient pendant le repos végétatif. Elle est complétée pendant la phase de végétation par l’ébourgeonnage, l’épamprage, le rognage qui permettent de contrôler le développement de la vigne.
Le type de taille peut jouer sur la prévention des maladies, que ce soit sur les maladies du feuillage ou celles du bois

En effet les maladies du feuillage, notamment le mildiou, sont favorisées par une végétation abondante et dense. La taille est un des éléments du contrôle de la vigueur, donc aide à la prévention des maladies. Cependant, en provoquant des plaies importantes, elle crée des voies d’accès privilégiées pour les maladies du bois.
Une autre stratégie est envisageable : la non-taille. Cette technique, encore peu répandue, consiste à ne pas tailler en hiver, pour ne contrôler la végétation qu’au cours de la saison végétative, grâce aux techniques d’ébourgeonnage, d’épamprage et de rognage.

L’absence de taille en hiver procure un gain économique important pour les viticulteurs qui ont recours à de la main d’œuvre additionnelle pour ce travail (ou quand la taille concurrence d’autres activités comme chez les pluriactifs).
Ce gain n’est pas contrebalancé par un surcroît de travail équivalent au printemps, la vigne ayant un potentiel de croissance indépendant de son type de taille.

La non-taille limite la transmission des maladies du bois, qui ne peut plus être contrôlée par des moyens chimiques depuis l’interdiction de l’arsénite de soude.
Elle permet également un autre type de développement de la végétation : le nombre de sarments fructifères est plus important, mais chacun se développe moins. De même pour les grappes, plus nombreuses mais moins grosses et dont les grains sont moins serrés.
La pousse s’arrête plus tôt, donc il n’y a pas émergence tardive de nouvelles feuilles qui ne seraient pas protégées et donc sensibles au mildiou mosaïque. Après 2-3 ans, il n’y a plus besoin de rognage tardif.

Les feuilles, plus petites, se développent en périphérie : elles sont donc plus faciles à atteindre lors des traitements.
Les grains moins serrés sont moins sensibles aux attaques de ravageurs (peu attractives pour les papillons qui cherchent un milieu plus fermé pour pondre) et les grains sont plus exposés à l’air et au soleil ce qui empêche la propagation de la pourriture au sein de la grappe. Les traitements se répartissent mieux autour du grain, rendant la protection plus efficace.
La non-taille est une technique intéressante pour la prévention des maladies.

Conditions

La non-taille semble pouvoir se pratiquer dans certains vignobles et sur certains cépages avec intérêt, mais il faut se garder de vouloir généraliser cette pratique.

Des exemples réussis existent en Beaujolais, dans la vallée du Rhône ou dans le Languedoc-Roussillon.

Intérêts et limites

Intérêts :
- Diminution du temps de travail l’hiver (gain économique, moindre fatigue, moins de troubles musculo-squelettiques (TMS))
- Diminution de l’usage de fongicides et d’insecticides
- Efficace contre la propagation de maladies du bois via les plaies de taille.
 
Limites :
- Moindre contrôle de l’évolution de l’architecture du rang de vigne, la partie fructifère ayant naturellement tendance à s’éloigner du pied au cours des années.
- Risque d’exubérance.
- Non adapté pour certains cépages.
- Non adapté pour certains cahiers des charges d’AOC.
- La récolte doit être impérativement mécanique.

Aller plus loin

Sources et liens pour plus d'information :

IFV, les fiches pratiques : Taille en haie, taille rase de précision et non-taille ou taille minimale de la vigne
Réussir Vigne : Languedoc-Roussillon : réduire les coûts liés à la taille . Par M.-E. Koralewski 07 octobre 2010.
Guide pratique de la Taille Guyot - Edition France Agricole -Marco Simonit
Témoignages agriculteur Farre

Lien(s) vers d’autres leviers et problématiques

Travaux en vert

Haut de fiche | Haut de page Accueil | Production | Transversale | Contact | Farre