la boîte à outils des agriculteurs

« Des pratiques performantes et durables »

Accueil Qui sommes-nous ?
Production Entrée Transversale Fonctionnement Contact
Ma boîte à outils
       
       
Fiche Technique Protection phytopharmaceutique
Notation -+
Coût :
Technicité :
Temps :
© Ronan Vigouroux
© Ronan Vigouroux
© BASF
Descriptif

La protection intégrée des cultures consiste à utiliser de façon cohérente l’ensemble des techniques de protection des plantes. Elle se définit par l’application rationnelle d’une combinaison de mesures biologiques, biotechnologiques, chimiques, physiques, culturales ou intéressant la sélection des végétaux dans laquelle l’emploi, en dernier lieu, de produits chimiques phytopharmaceutiques est limité au strict nécessaire pour maintenir la présence des organismes nuisibles en-dessous du seuil à partir duquel apparaissent des dommages et une perte économique inacceptables. Problématiques liées à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques La première règle à suivre est de traiter uniquement si cela est nécessaire, après évaluation du risque que fait courir à la culture le bio-agresseur et des différentes solutions pour gérer ce risque. Les produits phytopharmaceutiques sont soumis à une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Il ne faut utiliser que des produits dont l’AMM est en cours de validité et pour un usage prévu. Il est impératif de respecter toutes les conditions et restrictions d’emploi indiquées sur l’étiquette, voire sur la fiche de données de sécurité (FDS). Ne jamais utiliser un produit sans AMM en cours de validité. N’acheter de produit qu’auprès d’un revendeur agréé. L’étiquette doit être rédigée en Français et comporter un numéro d’AMM à 7 chiffres. Attention aux contrefaçons et aux importations illégales : vous pourriez mettre votre culture et votre santé en danger, et faire l’objet de poursuites judiciaires.

Conditions

Avant tout traitement
1. Stocker les produits phytopharmaceutiques dans un local spécifique, signalisé, fermé à clef et aéré/ventilé. Les classer et les identifier selon leur profil de risque (voir guide de stockage UIPP-distribution) préciser lien internet.
2. Veiller à disposer du matériel nécessaire à proximité pour se laver les mains.
3. Revêtir un vêtement de travail dédié à l’activité phytopharmaceutique (combinaison polyester-coton 65 %-35 %, 230 g/m² ou plus, avec traitement déperlant).
4. Bien lire l’étiquette avant toute utilisation, notamment les usages autorisés, les précautions et conditions d’emploi (Zone non traitée, Délai de rentrée, Délai avant récolte, protection collective et individuelle…). 5. Compléter la tenue avec des équipements de protection individuelle (gants, lunettes, masque, bottes, tablier, combinaison) adaptés à la phase de travail (préparation/remplissage, application, nettoyage). Consulter l’étiquette du produit.

Spécificités :
Pour les abeilles : traiter de préférence le soir.
Protection de la faune sauvage : ne jamais laisser de granulés insecticides, ou de semences enrobées en surface du sol. Les appâts doivent être enterrés ou mis sous abris, hors d’atteinte de l’homme, des animaux domestiques ou sauvages.
Désherbage : privilégier, quand c’est possible, un désherbage sous le rang ou en localisé.

Intérêts et limites

Intérêts :
Agronomiques
- Levier efficace sur de nombreux bio-agresseurs (maladies, ravageurs, adventices, ….) Socio-économiques
- L’utilisation de produits phytopharmaceutiques présente un très bon rapport efficacité/coût. - Elle permet notamment un gain de temps et une diminution des risques pour la culture par rapport à d’autres techniques, plus complexes à mettre en œuvre.
Limites :
Agronomiques
- L’utilisation régulière d’une même solution phytopharmaceutique peut entraîner l’apparition d’individus résistants dans les populations de bio-agresseurs, ce qui limite à terme l’efficacité de la substance active. Il est important de prévenir ce phénomène afin de conserver le potentiel de la technique.
- Sa simplicité d’utilisation et sa mise en œuvre rapide a parfois fait perdre à l’agriculteur la valorisation d’autres pratiques (mécaniques, agronomiques, variétales) complémentaires à la bonne gestion des cultures

Socio-économiques
- Les produits phytopharmaceutiques ne peuvent être achetés et utilisés que par des personnes compétentes, détentrices d’un certificat, le Certiphyto.
- Ces personnes doivent avoir accès à toute l’information et formation nécessaire, concernant la mise en œuvre des produits et la sécurité, et disposer du matériel et des équipements indispensables pour assurer une mise en œuvre en toute sécurité.
- Les produits phytopharmaceutiques font l’objet de restriction d’usage, notamment pour protéger l’environnement et assurer la qualité des produits alimentaires.
- Toute utilisation de produit phytopharmaceutique doit faire l’objet d’un enregistrement permettant sa traçabilité (mesure obligatoire dans le cadre de la conditionnalité de la PAC).

Environnementales
- Les produits phytopharmaceutiques sont destinés à agir sur les êtres vivants, végétaux, champignons, insectes, mollusques et autres qui menacent les cultures et les récoltes. Ils ont donc potentiellement un impact sur les espèces non cibles. Il convient de tout mettre en œuvre pour cibler le mieux possible les traitements et éviter le transfert des produits dans l’environnement. Ce transfert peut se faire de deux façons :

​oPollution ponctuelle (contamination par une quantité significative de produit, renversement, mauvaise pratique de nettoyage, au cours de la préparation …)
o Pollution diffuse : transfert de petites quantités de substance active dans l’environnement suite à l’utilisation (ruissellement, drainage, dérive, volatilisation,…)

Pour éviter les transferts :
o Effectuer les opérations de préparation, remplissage, lavage sur une aire sécurisée permettant de protéger l’arrivée d’eau et de confiner tous les effluents*.
o Mettre en place un dispositif végétalisé permanent (DVP) de 5 m le long des cours d’eau et autour des points d’eau*.
o Pour la dérive une zone non traitée de 5, 20, 50 ou 100 m selon le produit (indication sur l’étiquette)*.
o Pour le ruissellement, selon les produits, il peut être exigé d’élargir le DVP à 20 m le long des cours d’eau.
o Pour les espèces non cibles, arthropodes ou plantes, respecter les zones d’intérêt écologique (haies, friches, murs,…). Ne pas épandre d’insecticides en présence d’abeilles (arrêté du 28 mars 2003). * arrêté du 12/09/2006

Aller plus loin

Sources et liens pour plus d'information :

AFPP - Association Francaise de Protection des Plantes www.afpp.fr
UIPP - Union des Industries de la Protection des Plantes
ARVALIS - Institut du vegetal
IRSTEA - Pollutions agricoles diffuses
DGAL - Base E-phy - Catalogue des produits phytopharmaceutiques et de leurs usages des matières fertilisantes et des supports de culture homologués en France
PLAN ECOPHYTO
Guide STEPHY (grandes cultures) de co-conception de systèmes de culture économes en produits phytopharmaceutiques
Guide CEPVITI (vigne) de co-conception de systèmes de culture économes en produits phytopharmaceutiques
Guides pratiques : La gestion des risques liés à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques (UIPP 2014)
Guides pratiques : Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution de l’eau pas les produits de protection des plantes due au ruissellement et à l’érosion (Topps Prowadis, 2014)
Bonnes pratiques phytosanitaires en viticulture (UIPP 2014) : Tome 1 - Opérateurs, Tome 2 - Travailleurs viticoles
Témoignages Vidéos Farre

Lien(s) vers d’autres leviers et problématiques

Haut de fiche | Haut de page Accueil | Production | Transversale | Contact | Farre